Le site des perchmans du cinéma et de la télé Accès aux pages protégées du site
Recherche simple : Approfondir les critères de recherche sur le site, rechercher dans les forums, les liens et dans l'Annuaire
Liste des perchmans du cinéma et de la télé

perchman.com au Satis 2001
Le Satis 2001 s'est tenu à Paris au Parc des Expositions de la porte de Versailles du 23 au 25 octobre 2001.

L'AFFICHE                   LA CARTE DE VISITE

perchman.com a été gracieusement invité sur le stand des Anciens Élèves de Vaugirard Louis Lumière (AEVLL) à l'initiative de Michel Prik (Photo 1981) webmaster du site de l'Association. Cela aura été l'occasion de faire connaître le site des perchmans du cinéma et de la télé aux nombreux visiteurs qui sont passés par le stand, parmi lesquels plusieurs ingénieurs du son et perchmans. Une affiche, gracieusement imprimée en 5 exemplaires en laser couleur A3 par Michel, exposait les objectifs du site et des cartes de visite imprimées en 400 exemplaires sur papier photographique grâce à Serge Piotin (Photo 1981) chez PhotoReflex ont été distribuées aux visiteurs du salon. Je tiens à remercier vivement Michel, Christian de Rozières (Ciné 1976 - gère l'Annuaire de Vaugirard), comme Liselotte Le Mounier (Photo 1954 - trésorière) et Gilles Flourens (Ciné 1971 - président) pour l'accueil chaleureux qu'ils m'ont témoigné. Enfin je voudrais aussi remercier Claire Combaluzier qui a bien voulu démarcher les stands afin d'y placer quelques cartes de visite.

Le Satis est devenu d'année en année un salon du numérique, de la vidéo, de la post-production et des grosses entreprises. Racheté par le groupe Reed-OIP, il est devenu un salon à objectif commercial avant d'être un salon technique. La location des stands y est donc énormément chère, car l'entrée gratuite pour les professionnels quelqu'ils soient, les conférences inaccessibles vu leur prix exorbitant. Le public fut extrêmement nombreux et la nocturne du mercredi soir fort sympathique sur l'ensemble des stands qui organisaient des pots avec champagne et petits fours. Mais nous avons pu, au détours d'allées achalandées, découvrir quelques villages qui résistaient encore grâce à la potion magique de l'amour du cinéma.

Tapages, loueur de matériel de prise de son cinéma ou vidéo, et importateur entre autres de Ambient, Cooper Sound, Wend et Lectrosonics, avait un intérêt particulier pour les perchmans car c'était LE SEUL à présenter, en taille réelle, un perchman en action avec une perche dans les bras ! En quelque sorte, le logo de perchman.com en 3D grandeur nature. Et c'est avec beaucoup de gentillesse qu'Olivier Binet a accepté le dépôt de cartes de visite qui sont parties comme des petits pains. Des échanges de points de vue très fructueux ont animés les discussions autours d'un verre de champagne.

Areitec, où Micheline Martin accueillait les visiteurs avec sa gentillesse et son sourire habituel, avait mis en avant la gamme des microphones Shoeps, les consoles Sonosax, et bien sûr le Deva couplé à la nouvelle console numérique Cameo de Zaxcom que Jean-Claude Laureux a intégré dans une configuration tout à fait impressionnante. Malheureusement les HF numériques de ce fabricant de Los Angeles n'étaient pas disponibles. Point de passage obligé, comme celui de Tapages, de tous les ingénieurs du son cinéma ou télévision, le stand a été le lieu de rencontres multiples toujours enrichissantes. On aura ainsi apprécié la présence de Bernard Ollivier qui présente un logiciel RapSoDi vraiment très bien fait de rapport son sur ordinateur Mac ou PC équipé de MS Excel et utilisé par exemple par Jean Minondo sur son dernier film. Sur ce stand aussi, de très nombreuses cartes de visite déposées à des endroits stratégiques ont fait connaître le site. On aura aussi remarqué le SONOSAX SX-BD1, préamplificateur microphonique optimisé pour la prise de son à la perche, pour le reportage, la vidéo ou le cinéma. C'est un accessoire qui se fixe sur la perche et permet de moduler avec un bargraph, filtrer, alimenter, écouter le micro en bout de perche, grâce à un potentiomètre rotatif manipulable par le pouce. (Bientôt plus besoin d'ingénieur du son ...)

Sennheiser, sur un stand gigantesque, présentait bien sûr la gamme de ses microphones et micro émetteurs, comme la gamme des microphones Neumann dont le nouveau Solution-D01 (Neumann goes Digital) un microphone à capsule double-membranes numérique à la nouvelle norme DMI-2 permettant de piloter les caractéristiques du microphone à distance par ordinateur.

Dynamic Audio, sur un stand non moins grand mais aux allées trop étroites, distribue les microphones Beyer dont le vénérable M160 qui trônait là dans la vitrine des microphones électrostatiques à côté des M836 et M837 utilisés par certains dans le cinéma.

Audiopole, un nouveau groupe représentant essentiellement Studer, consacrait une vitrine aux microphones AKG dont on peut apprécier leur série ULS fort pratique dans leur conception modulaire à l'image des Shoeps et Neumann KM100.

Cineco distribue quand à lui les microphones Shure, peu utilisés dans le cinéma mais tout le monde connaît l'incontournable suspension A35.

Pilote Films avait consacré un comptoir particulier aux bonnettes Rycote, dont on peut apprécier la nouvelle qualité de fabrication et le choix très vaste de tailles et de formes. On aura aussi remarqué les microphones cravate de Voice Technologie reprenant la forme des Tram que distribue aussi cette enseigne dirigée par un ancien perchman, Gérard Loupias.

Gedis pour sa part présentait un autre succédané de Tram, les micros Kat, de même aspect, que l'on a pu voir sur le stand des nouveaux micro-HF Micron présentés en VO par leur concepteur anglais.

Au niveau des accessoires, de nombreux stands (voir la page des liens) développaient des solutions de flight-cases avec de nouveaux matériaux plus légers, où l'on retrouvait aussi les incontournables Pelicases distribuées par CP France. Manfrotto présentait ses bidouilles habituelles mais ô combien utiles (clamp 035, bras magique 143, bras articulé 196 mon favori, rotule de perche 123 etc...). Vinten affichait un stand très fourni consacré aux Porta Brace mais pour ce qui est des sacoches de tournage je ne saurais trop recommander celles d'Audio Bag présente sur le stand Tapages. Un fabricant de piles lithium pour les grands froids ETCom présentait l'Ultralife, une pile 9 Volts capable de tenir par -40°C ou + 70°C avec plus de 3,5 fois la capacité d'une alcaline de qualité.

Sur le plan des regrets maintenant, on a pu s'interroger sur l'absence de VdB cette année alors qu'il l'était aux États-Unis à l'AES. Si l'on a pu voir au niveau micro-HF les Beyer, Sennheiser, Micron, AKG, Shure et d'autres marques peu utilisées dans le cinéma, les HF Audio Limited sont quand même les plus répandus et auraient mérité un stand à eux seuls. Plus compréhensible pour des raisons d'éloignement, l'absence de K-Tek, fabricant américain, dont les perches peu vendues en France sont cependant dignes d'intérêt par leur qualité de fabrication et les accessoires multiples. Absence aussi de Boom Audio avec leur Kit Cool, une invention française que nous avions pu voir il y a trois ou quatre ans dans les allées du Satis.

On aura aussi particulièrement remarqué l'absence de Kudelski, qui cependant était à demi-présent au Satis grâce à la présentation confidentielle du nouveau Nagra V sur le stand de l'École Louis Lumière. Plusieurs articles sont déjà parus aux États-Unis sur le sujet, et l'engin demande à être essayé en configuration de tournage. Pour ma part, à priori, ce nouvel enregistreur bi-pistes à base de Nagra Ares sur lequel on a greffé un simple lecteur-enregistreur Orb ne me convainc guère. Ce support utilise une technologie déjà ancienne et ne brille pas par sa vélocité. Kudelski affirme l'avoir choisi pour ses qualités d'endurance et le faible coût des médias, il faudra voir à l'usage. L'ergonomie reste celle de l'Ares, on peut regretter l'aspect des boutons, le switch des filtres communs aux deux entrées micro, un sélecteur d'écoute incomplet, un afficheur à cristaux liquides aussi petit que celui de la plaque timecode du Nagra IV-S, sauvé par la présence d'un vrai vumètre à aiguille piloté numériquement cependant plus petit que celui de son prédécesseur. On appréciera le design, la finition, la solidité, une troisième entrée stéréo. Bien sûr la qualité des entrées et le respect du signal sont sûrement au rendez-vous, cela suffira-t-il à faire la différence ? Il n'y a pas de sortie informatique des fichiers à l'inverse du Deva. Pour preuve le commutateur multifonctions qui date du Nagra III, c'est un enregistreur numérique qui stagne à l'ère du linéaire.

À une exception près, l'ensemble des écoles de cinéma étaient présentes, de l'École Nationale Supérieure Louis Lumière à l'Esra, en passant par les IIIS, Gobelins, SAE, l'ETPA auxquelles on peut ajouter les organismes de formation professionnelle à commencer par l'AFDAS. Cela a permis de voir à quel point l'enseignement du cinéma et des nouvelles technologies était à présent fort diversifié, et ouvert au plus grand nombre. On aura par contre noté l'absence très critiquable de la FEMIS qui sans doute ne juge pas utile ce genre de manifestation du haut de son arrogance pseudo artistique.

Accessoirement, grâce à ce salon, la page de liens du site s'est considérablement étoffée et le site aura certainement bénéficié d'une publicité inestimable. Finalement et malgré sa taille impressionnante, le gigantisme des stands des grandes marques de post-production et de vidéo, le SATIS aura encore cette année su attirer les foules, et aura été un lieu de rencontres convivial et plein de surprises.

 

Jean Casanova © 2001

 

Accueil du site Inscription Membres Annuaire détaillé Consultation Annonces Albums Photos Tous les Articles Liste des Forums Gérer son courrier Les liens de perchman.com À propos de perchman.com Connexion Membres Déconnexion Membres Flux RSS Association Française du Son à l'Image




Jean Casanova
© 2001-2014

Accueil | Membres | Annuaire | Dossiers | Forums
Article | Support | Liens | Pétition
A propos | Contact | Mentions légales

Site optimisé pour une résolution de 1024 x 768